Archéologiques 29, 2016

$30.00

Bientôt en vente !

Archéologiques 29, 2016

Vous êtes membre ? Rendez-vous dans la zone membre pour avoir un code promo vous offrant 15% sur tous les articles promotionnels et les publications !

42 en inventaire

Catégorie :

Description

Archéologiques29, 2016

Site archéologique d’Odanak: le travail du cuivre pendant la période de contact et la période historique amérindienne

Coralie Dallaire-Fortier

Des indices permettant d’étudier la chaîne opératoire des objets en alliages cuivreux du passé sont présents sur plusieurs sites archéologiques en Amérique du Nord. Les fouilles effectuées à Odanak entre 2010 et 2014 ont mis en évidence la présence du travail de cette matière sur le site. La présence d’une zone artisanale représente une découverte importante. Il s’y trouvait une concentration d’objets en alliage cuivreux dont certains présentent des stigmates de travail. Divers outils ayant pu servir au travail du cuivre ont aussi été mis au jour dans la zone artisanale. Ces découvertes permettent de déterminer quelles étapes de la chaîne opératoire du cuivre ont été accomplies sur le site d’Odanak.

Several archaeological sites in North America have yielded clues for studying the chaîne opératoire for copper alloy objects from the past. Archaeological excavations at Odanak between 2010 and 2014 uncovered evidence that copper was worked on the site. The discovery of an artisanal area at Odanak is of major importance. This area contained a concentration of copper alloy objects, some of which showed signs of having been worked. It also contained various tools that may have been used for copper working. These discoveries have helped to determine which steps in the chaîne opératoirefor copper were carried out on the Odanak site.

 

Les propriétés du marchand Charles Aubert de la Chesnaye près des zones portuaires de Québec au xviiesiècle

Serge Rouleau

Au cours de la seconde moitié du xviie siècle, le marchand Aubert de la Chesnaye disposait de deux propriétés principales à Québec : l’une à la basse ville et une autre en bordure de la rivière Saint-Charles. Les données archéologiques et historiques provenant de ces sites ont permis de mieux nuancer le rôle de ces propriétés dans les activités commerciales de la société Aubert-Bazire. Les découvertes suggéraient l’importance du rivage dans l’implantation des composantes de ces installations. Les derniers aménagements réalisés près du secteur urbanisé ont d’ailleurs contribué à la formation de la première devanture fluviale permanente de la ville au tournant du xviiie siècle.

The merchant Aubert de la Chesnaye had two main properties in Québec City during the second half of the 17th century: one in Lower Town and the other on the banks of the Saint-Charles River. Archaeological and historical data from these sites have helped to clarify the role of the properties owned by this merchant in his partnership with Bazire. These findings point to the importance of the riverbank in the installation of the partnership’s various facilities. The last facilities built near Québec’s urban core contributed to the creation of the city’s first permanent harbour front at the turn of the 18th century. 

 

La Grande Ferme, grand passé, grand avenir

Gina Vincelli

De la Grande Ferme émane une riche histoire, toujours palpable. Plutôt qu’un simple « garde-manger » du Séminaire, le site met en scène une vie quotidienne active impliquant cuisinières, mitoyens, élèves, métayers, enseignants, jardiniers et prêtres. Des labeurs quotidiens jumelant enseignement scolaire, vie religieuse et travaux de la ferme, jusqu’aux remous de la Conquête, sont autant d’éléments ayant forgé sa trame historique.

La Corporation du Centre d’initiation au patrimoine – La Grande Ferme, ayant à cœur la documentation, la diffusion, ainsi que la protection de son patrimoine, voulait se doter d’un outil de gestion à deux volets. D’abord, poursuivant un objectif de mise en valeur et de diffusion, une synthèse des données archéologiques connues, et dans un second temps, une étude de potentiel archéologique destinée à servir de guide pour les travaux de restauration qui allaient bientôt faire renaître la Grande Ferme.

La Grande Ferme is the source of a rich and ever tangible history. This farm was not simply the Seminary’s “larder”, but the scene of a host of day-to-day activities involving cooks, “mitoyens”, pupils, tenant farmers, teachers, gardeners, and priests. These activities, coupled with academic instruction, religious life and farming, not to mention the upheaval of the Conquest, have all shaped La Grande Ferme’s history.

The Corporation du Centre d’initiation au patrimoine – La Grande Ferme is dedicated to documenting, presenting and protecting this site’s heritage. Therefore, it has sought to obtain a dual-purpose management tool, consisting of a synthesis of known archaeological data that could be used to present and disseminate available findings, and an archaeological potential study that could serve as a guide for the restoration work that would soon revitalize La Grande Ferme.

 

Le drainage des eaux usées au début du xviiiesiècle: génie hydraulique au Séminaire de Saint-Sulpice de Montréal

Geneviève Treyvaud etFrançois Gignac

Le Vieux Séminaire de Saint-Sulpice est l’un des rares bâtiments datant du xviiesiècle encore préservés à Montréal. C’est en 1684 que les Prêtres de Saint-Sulpice choisissent le coteau Saint-Louis pour édifier leur demeure. Visionnaires, les seigneurs de l’île de Montréal voient cet endroit de la haute ville comme un lieu de culte, de pouvoir et de savoir. L’occupation ininterrompue a laissé des témoins mobiliers exceptionnels ainsi que plusieurs vestiges archéologiques, dont une infrastructure hydraulique importante. Depuis 1985, de nombreuses interventions ont eu lieu sur ce site (BjFj-18). Suite aux travaux effectués entre 2013 et 2015 dans la ruelle ouest et le jardin, plusieurs pierrées ont révélé un système hydraulique construit et utilisé depuis 1685. Nous présentons ici notre hypothèse concernant l’infrastructure de drainage des eaux usées du Séminaire.

The Old Seminary of Saint-Sulpice is one of the few 17th-century buildings still standing in Montréal. In 1684, the Priests of Saint Sulpice decided to build their residence on Coteau Saint-Louis. These seigneurs of the Island of Montréal were visionaries who saw this location in Upper Town as an ideal place of worship, power and knowledge. Numerous archaeological excavations have been conducted on the site of the Seminary (BjFj-18) since 1985. This site, which was occupied on a continuous basis, has yielded a number of exceptional objects as well as archaeological remains, including a large water infrastructure. Several stone features uncovered during fieldwork in the west alley and the garden between 2013 and 2015 have been associated with a hydraulic system built and used since 1685. In this article, we present a hypothesis regarding the infrastructure built to drain the Seminary’s wastewater.

 

Archéologie et développement durable au Québec

Pierre Desrosiers

À partir des données colligées sur les interventions archéologiques réalisées au Québec en 2013 et 2014, des corrélations sont faites entre la recherche archéologique et les préoccupations actuelles en matière de développement durable et de qualité de vie citoyenne. Au fil de la réflexion de l’auteur, il s’avère que la protection du patrimoine archéologique prend définitivement le pas sur l’acquisition de connaissances, reléguée au second plan dans les enjeux actuels de la société. L’impact du changement explique, du moins en partie, l’inconfort des archéologues face à une telle situation. N’empêche que l’intégration de l’archéologie dans le développement durable est bel et bien amorcée au Québec et que de nombreuses initiatives ont déjà des retombées citoyennes. Une meilleure prise en compte collective des réalités propres aux archéologues, aux promoteurs et aux municipalités semble ici porteuse pour l’avenir.

This article uses data derived from archaeological work conducted in Québec in 2013 and 2014 to make connections between archaeological research and current concerns about sustainable development and citizens’ quality of life. The author comes to the conclusion that protection of archaeological heritage is definitely taking precedence over knowledge acquisition and that the latter is now of secondary importance in the choices and challenges currently facing society. The impact of this change explains, at least in part, why archaeologists are not very comfortable with this situation. Nonetheless, archaeology has begun to be incorporated in sustainable development in Québec and numerous initiatives are already having spillover effects for the general public. The best approach going forward would seem to be better collective consideration of the realities specific to archaeologists, developers and municipalities.

 

Note de recherche

Neuf vases, trois pipes et des rebuts de pâte à l’anse à la Croix, Bas Saguenay

Tiziana Gallo

À l’anse à la Croix, halte privilégiée en bordure du fjord du Saguenay depuis l’Archaïque jusqu’à la période du contact, les sites DcEp-2 et DcEp-5a ont livré une grande variété de rebuts de pâte, de fragments de pipes et de tessons de poterie. Ces derniers présentent des attributs morpho-stylistiques diagnostiques de sous-périodes du Sylvicole et sont inspirés de traditions extérieures à la région. L’analyse de cette poterie a révélé la présence de visiteurs du Sylvicole moyen ancien (2400 à 1500 AA) au Sylvicole supérieur médian (800 à 650 AA), ceux-ci semblant provenir ou entretenir des relations avec des groupes du Sud-Est ontarien, puis de la vallée du Saint-Laurent.

L’anse à la Croix, located on the south shore of the Saguenay Fjord, was an ideal stopping point from the Archaic to the contact period. Two of its archaeological sites, DcEp-2 and DcEp-5a, have yielded a wide variety of pipe fragments, lumps of baked clay and pottery sherds. The latter display morpho-stylistic attributes diagnostic of Woodland subperiods and influenced by traditions from outside the region. An analysis of this pottery has revealed that people visited l’anse à la Croix from the Early Middle Woodland (2400 to 1500 B.P.) until the middle of the Late Woodland (800 to 650 B.P.). These visitors seem to have come from, or to have had ties with groups from southeastern Ontario and, later, the St. Lawrence Valley.