Archéologiques 16, 2003

$10.00$15.00

Archéologiques 16, 2003

Vous êtes membre ? Rendez-vous dans la zone membre pour avoir un code promo vous offrant 15% sur tous les articles promotionnels et les publications !

Effacer
UGS : N/A Catégorie :

Description

Tables des matières

Le quartzite dit “ de Diana ” : apport des nouvelles recherches sur la carrière de Kangiqsualuk, JfEj-3 (Quaqtaq, Nunavik)
Pierre M. Desrosiers et Noura Rahmani

Nous présentons dans cette étude les résultats d’une recherche menée durant l’été 2002 sur la carrière de quartzite de Kangiqsualuk (JfEj‑3), dans la région de la baie Diana. L’étude du matériel lithique récolté, ainsi que l’analyse des zones d’extraction et de la répartition spatiale des structures présentes aux environs de la carrière permettent de comprendre les différentes activités ayant eu lieu sur le site. Le problème de l’origine du quartzite dit « de Diana » est intégré dans une discussion plus générale qui porte sur le rôle de la carrière durant le Paléoesquimau.

This paper deals with the results of the 2002 summer fieldwork at the Kangiqsualuk quartzite quarry site (JfEj‑3) located at Diana Bay. The study of the lithic material, the analysis of the extraction zones and the spatial distribution of the structures associated with the quarry, provide information about activities that were carried out at this site. The question of the origin of the so-called “Diana quartzite” is integrated in a broader discussion on the role of the quarry during the Palaeo-Eskimo period.

Pikauba : histoire d’une rivière… sans histoire ?
Érik Langevin et Bertrand Émard

Cet article présente les résultats d’une étude de potentiel et d’un inventaire qui ont été effectués le long de la rivière Pikauba, un affluent du lac Kénogami situé au sud de la région du Saguenay, à l’intérieur de la réserve faunique des Laurentides. Quoique les résultats de terrain se soient avérés minces avec la découverte de deux sites seulement, l’un euroquébécois et l’autre amérindien, l’exercice suscite tout de même une réflexion sur la dynamique de l’occupation de l’intérieur des terres, et de nos capacités à mettre cette occupation en lumière lorsqu’il s’agit de cours d’eau dont la fréquentation aurait été très ponctuelle. L’absence de sites archéologiques connus, de mentions ethnohistoriques, d’exploitations modernes du territoire par les Autochtones, tout cela juxtaposé à des conditions écogéographiques ne favorisant ni la conservation du matériel, ni la fréquentation de la rivière, posent en effet de graves problèmes lorsqu’il est question de localiser des lieux d’arrêts aussi brefs qu’occasionnels.

This paper presents the results of a study of archaeological potential and a survey carried out along the Pikauba River, a tributary of Lake Kenogami located south of the Saguenay region, within the Laurentian Wildlife Reserve. Although the field results proved sparse with the discovery of only two sites, one Euro-Canadian and the other American Indian, the exercise nonetheless calls for some consideration of the dynamics of inland occupation, and our ability to shed light on this type of occupation when it concerns a selectively used waterway. The lack of known archaeological sites, ethnohistorical mentions, and present-day land use by the Natives, added to the disadvantageous ecogeographical conditions in terms of conservation of materials and usage of the river, presents serious problems indeed when it comes to locating short-term
and irregular stopping places.

Oie rôtie ou poule au pot pour dîner ? Une étude des comportements alimentaires des habitants de la Nouvelle Ferme au Régime français
Hélène Côté

L’étude d’une importante collection d’artefacts et d’écofacts mise au jour sur le site de la Nouvelle Ferme à l’île aux Oies, un site euroquébécois occupé entre le XVIIe siècle et le XVIIIe siècle, a permis l’identification de comportements alimentaires qui ne semblent pas avoir reposé exclusivement sur les ressources offertes par l’environnement naturel immédiat. Ainsi, d’autres éléments tels l’appartenance à un groupe socio-économique particulier ou l’émulation d’une élite ont exercé une forte influence dans les modes de subsistance des habitants de l’île aux Oies, au même titre que les ressources naturelles disponibles.

The study of a large collection of artifacts and ecofacts uncovered on the site of the Nouvelle Ferme at Île aux Oies, a Euro-Canadian site inhabited between the 17th and 18th centuries, has allowed for the identification of food habits that do not appear to be based solely on resources found in the immediate natural environment. Thus, other factors such as a sense of belonging to a particular socio-economic group or the emulation of an elite exerted a strong influence on the subsistence patterns of the Île aux Oies inhabitants, as much as the available natural resources.

Note de recherche :

Mais qu’en est-il de ces outils ? Les tranchoirs du site La Cache
Jean-Jacques Adjizian

Durant les années 1940 et 1950, Valerie Burger ramassa autour des lacs Kempt et Manouane, en Haute Mauricie, une collection archéologique provenant de 33 sites différents. Cette note de recherche présente un de ces sites : La Cache (CiFo‑11). Ce dernier se distingue par un certain nombre d’éléments, dont le plus notable est la présence importante de tranchoirs. Ces outils sont presque absents des classes descriptives habituellement utilisées.

During the 40s and 50s, Valerie Burger gathered an archaeological collection from 33 different sites on the shores of Lake Kempt and Lake Manouane, in the Haute Mauricie region, in central Québec. In this paper we will present one of these sites : La Cache (CiFo‑11). This site is set apart by some elements, most notably the presence of an important number of distinctive tools, here referred to as “tranchoirs”. This class of tools is almost absent from descriptive categories commonly used in archaeological literature.

La Côte-du-Sud : Terra archæologica incognita …
Philippe Picard

Malgré l’ancienneté de son occupation humaine, le territoire qui s’étend de la Pointe de Lévis à Notre-Dame-du-Portage, sur 45 à 95 km de profondeur depuis la rive sud du fleuve Saint-Laurent jusqu’à la frontière des États-Unis, demeure méconnu de la grande majorité des chercheurs, y compris bien sûr des archéologues. La Côte-du-Sud aurait-elle constitué, pour les Amérindiens, une simple voie de passage comme ont tendance à le croire les historiens ? Cette partie du territoire québécois a-t-elle un potentiel archéologique ? Le maigre bilan de la recherche archéologique sur la Côte-du-Sud, exception faite de quelques parcelles, constitue-t-il une exception en milieu rural québécois ?

In spite of its early human occupation, the area that extends from Pointe de Lévis to Notre- Dame-du-Portage, 45 to 95 km deep from the south shore of the St. Lawrence River to the American border, remains virtually unkown to the vast majority of researchers, including archaeologists. For the American Indians, does the Côte-du-Sud constitute merely a passageway has the historians tend to believe? Is there archaeological potential in this area of Quebec? Does the sparse assessment of archaeological research on the Côte-du-Sud, apart from a few plots, constitute an exception in rural Quebec?

De choses et d’autres …

Le réseau des organismes en archéologie au Québec
Pierre Desrosiers

Plusieurs actions mises en oeuvre depuis 40 ans dans le domaine de l’archéologie ont ouvert la voie au « réseautage », c’est-à-dire à la mise en commun des organismes pour augmenter le rayonnement de la discipline scientifique et assurer son intégration dans le développement régional. Afin de mieux comprendre l’impact de ce phénomène, il faut faire le point sur ce qu’est le patrimoine archéologique, sur la recherche en cours et la diffusion. L’exercice permet de dégager une vision renforcée de la discipline et de ses ramifications dans la société québécoise.

Information complémentaire

Version

Papier, PDF téléchargeable

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Archéologiques 16, 2003”