Archéologiques 13, 1999

$10.00$15.00

Archéologiques 13, 1999

Vous êtes membre ? Rendez-vous dans la zone membre pour avoir un code promo vous offrant 15% sur tous les articles promotionnels et les publications !

Effacer
UGS : N/A Catégorie :

Description

Tables des matières

Une composante de l’Archaïque ancien au Cap-de-Bon-Désir, Grandes-Bergeronnes
Michel Plourde

Cet article présente la découverte, sur le site du Cap-de-Bon-Désir (Haute Côte-Nord, province de Québec), d’une
composante paléohistorique de l’Archaïque ancien datée au 
radiocarbone à 7 310 ± 150 ans A.A. L’assemblage est composé d’un ensemble homogène formé de petits grattoirs et de pièces esquillées en quartz cristallin, d’outils polis (gouges, herminettes) et de restes fauniques identifiés uniquement à du phoque. Cet assemblage serait apparenté technologiquement à d’autres sites répartis le long de la rive nord du Saint-Laurent, entre la Basse Côte-Nord et la région de Québec, ainsi qu’en Nouvelle-Angleterre, sur plusieurs tributaires du golfe du Maine. La séquence des datations radiocarbones suggère une origine de cette tradition archaïque le long de la façade  atlantique du Nord-Est des États-Unis.

This article discusses the discovery of an early Archaic paleohistoric component, radiocarbon dated to 7 310 ± 150 BP, on the Cap-de-Bon-Désir site (Upper North Shore, Province of Québec). The assemblage consists of a homogeneous group of small crystalline quartz scrapers and splinters, of polished stone tools (gouges, adzes), and of faunal remains identified solely as seal. This assemblage seems to be related technologically to others found along the north shore of the St. Lawrence River between the Lower North Shore and the Québec City regions, as well as along several Gulf of Maine tributaries in New England. The radiocarbon date sequence suggests that this Archaic tradition originated along the Atlantic coast of the northeastern United States.

Occupations préhistoriques sylvicoles au site BhFa-3, rivière Magog en Estrie
Claude Joyal

À l’été 1998, le site préhistorique BhFa-3 était découvert en bordure nord de la rivière Magog durant l’inventaire du tracé du gazoduc T.Q.M. La fouille de près de 150 m2 a permis la découverte de six foyers et d’environ 13 000 objets lithiques, 2 500 éléments céramiques et de quelque 1 500 os. Les principales occupations sont attribuées à la fin du Sylvicole moyen tardif, avec cependant de brèves haltes Meadowood au Sylvicole inférieur et iroquoïennes au Sylvicole supérieur tardif. Le site BhFa-3 apparaît comme un site majeur pour la compréhension de la préhistoire de l’Estrie. Il contribue également à préciser certains traits culturels particuliers aux groupes du Sylvicole moyen tardif, notamment à propos des pointes triangulaires Levanna et des poteries décorées à la cordelette retrouvées en grand nombre.

In the summer of 1988, the BhFa-3 prehistoric site was discovered on the north bank of the Magog River during a survey of the TQM Pipeline route. The excavation of an area of nearly 150 m2 uncovered six hearths and approximately 13 000 lithic objects, 2 500 pottery elements and some 1 500 bones. The main occupations are attributed to the end of the late Middle Woodland period; however, some are associated with short stopovers by Meadowood groups during the Early Woodland period and by Iroquoians in the late Late Woodland period. BhFa‑3
is an important site for understanding Estrie prehistory. It also sheds light on certain cultural traits associated with late Middle Woodland groups, relating in particular to triangular Levanna projectile points and cord-impressed pottery, which were found in large quantities.

Une redoute temporaire en terre et en bois construire en 1711 : observations sur les pieux découverts à la redoute Dauphine en 1972
Paul-Gaston L’Anglais

La découverte d’une trentaine de pieux en bois de cèdre, lors de fouilles effectuées en 1972 dans le bastion de la redoute Dauphine, sise dans le Lieu Historique National du Parc-de-l’Artillerie à Québec, avait alors suscité de nombreuses attentes. D’aucuns voulaient y voir les vestiges de la première enceinte de Québec, la palissade que le gouverneur Frontenac avait fait ériger a la hâte afin de protéger la haute ville de l’attaque orchestrée par les Bostonnais conduits par l’amiral William Phips. Vingt-sept ans plus tard, l’analyse plus serrée de ces pièces de bois permet non seulement d’en comprendre les modes de fixation mais encore de les relier à une redoute temporaire construite en 1711 afin de renforcer la défense de Québec à la veille d’une seconde attaque fomentée dans les colonies anglaises d’Amérique.

The discovery of some 30 cedar posts during archaeological excavations in the bastion of the Dauphine Redoubt in 1972 raised numerous questions. Some researchers believed the posts were the remains of Québec’s first defensive works, a palisade hastily erected by Governor Frontenac to protect the Upper Town against an attack mounted by Bostonians and led by Admiral Phips. Further in-depth analysis of these timbers 27 years after their discovery has made it possible not only to understand how they were assembled but also to associate them with a contemporary redoubt built in 1711 to stengthen Québec’s defences on the eve of a second attack launched by the British colonies in America.

Le site BkFj-8 à Lachenaie : une habitation du XVIIIe siècle intégrée au compelxe du moulin seigneurial ?
Françoise Duguay

Le site BkFj‑8 est localisé sur la rive nord de la rivière des Prairies, près de sa confluence avec la rivière des Mille-Îles, sur le territoire de la municipalité de Lachenaie. L’emplacement correspondait, au XIIIe siècle, à une réserve foncière seigneuriale associée à la présence d’un moulin à farine. La fouille réalisée en 1998 a permis de mettre au jour divers éléments structuraux, dont plusieurs en maçonnerie de pierre : deux bases de cheminée, une base pour un poteau de soutènement, un support d’évier associé à un canal d’évacuation, ainsi qu’une fondation liée à un dallage. Ces vestiges constituent des indices de la présence d’une habitation en bois, qui incluait un corps de logis principal et une annexe, connexe à un caveau hors sol. La répartition fonctionnelle des objets-témoins indique une occupation de type résidentielle, tandis que leur datation couvre essentiellement la seconde moitié du XIIIe et le début du XIXe siècle. Des recoupements entre différentes sources archivistiques permettent de penser que le moulin seigneurial aurait été situé un peu à l’est du site et que l’habitation mise au jour pourrait correspondre à la maison du meunier.

Site BkFj‑8 is located on the north bank of des Prairies River, in Lachenaie, near its confluence with the Mille‑Îles River. This location was included, during the 18th century, in a protected piece of seigneurial land associated with the presence of a flour mill. The 1998 dig exposed different structural remains, most of them made out of stone masonery : two chimney footings, a base for a structural post, a sink base linked with a small canal and a three sided foundation associated with a paving stone flooring. Collectively, the remains indicate the presence of a residential dwelling, composed of a house, an annex and an above ground “cellar”. Artefacts are consistent with a domestic occupation, while their date covers the end of the 18th and the beginning of the 19th century. Historical sources point to the fact that the seigneurial mill must have been located just east from the site and that the dwelling could be the miller’s house.

Place d’Youville à Montréal : évolution des modes de vie aux abords de la rivière Saint-Pierre entre 1775 et 1838
Christian Roy

Les interventions archéologiques réalisées à Montréal sur le site de Place d’Youville depuis les années 1980 ont généré une vaste quantité d’artefacts qui témoignent de façon éloquente des modes de vie, particulièrement de l’alimentation et des activités artisanales pratiquées par les résidants du secteur. Illustrant les efforts entrepris par les autorités municipales pour résoudre les problèmes d’insalubrité urbaine, la construction du collecteur William, entre 1832 et 1838, altère la topographie des lieux et la pratique coutumière du « tout à la rivière ». À travers l’étude des assemblages archéologiques antérieurs à la construction du premier égout collecteur de Montréal, les berges de la rivière Saint-Pierre révèlent le quotidien des habitants, leur condition socio-économique, et peut-être même leur origine ethnique.

Archaeological excavations at the Place d’Youville site in Montréal since the 1980s have uncovered a large number of artifacts that bear eloquent testimony to the way of life of the inhabitants, particularly with respect to their foodways and artisanal activities. The construction of the William sewer collector between 1832 and 1838, reflecting the efforts of municipal authorities to resolve urban sanitation problems, changed the local topography and the common practice of throwing all kinds of refuse into the river (tout à la rivière). The study of archaeological assemblages found on the banks of the St. Pierre River and pre-dating the construction of Montréal’s first sewer collector has shed light on the daily life, socioeconomic condition and perhaps even the ethnic origin of the people who inhabited this area.

Note de recherche :

Portrait archéologique et ethnohistorique de la pointe de la petite rivière
Michel Brassard

Après avoir collecté et partiellement intégré les données archéologiques de 11 sites du Régime français à Montréal, le programme de recherche en archéologie de Pointe à Callière a amorcé l’interprétation de cette masse d’information. La priorité fut mise sur trois sites à proximité les uns des autres, soit la pointe à Callière elle-même, le château du gouverneur de Callière et les jardins d’Youville. Reprenant les données historiques, archéologiques et artefactuelles pour les intégrer, le présent article vise à faire ressortir les grandes lignes de chacun de ces sites pour ensuite en évaluer le potentiel d’interprétation pour le Régime français et enfin dégager de possibles avenues de recherches pour l’avenir.

After collecting and partially integrating archaeological data from 11 French regime sites in Montréal, specialists involved in the Pointe à Callière archaeological research program began to interpret this mass of information. Priority was given to three sites located close to one another, namely, Pointe à Callière itself, Governor de Callière’s mansion and the Jardins d’Youville. By reviewing and integrating the archaeological, artifactual and historical data made available by the research program, a workshop held during the last AAQ conference was intended to highlight the main characteristics of each site in order to elucidate their broader significance and identify possible directions for future research.

Recontruction 3D du site du second palais de l’intendant de Québec, vers 1730
Richard Lapointe

Le présent travail a été réalisé dans le cadre d’un cours de CAO (conception assistée par ordinateur) du programme d’architecture de l’université Laval. Il s’agit de la modélisation tridimensionnelle d’une partie du site archéologique de l’Îlot des Palais de Québec. Cette reconstitution est basée sur les plans anciens, les plans issus des fouilles archéologiques et sur les interprétations récentes du site.

This project was carried out during a computer-aided design (CAD) course offered under Université Laval’s architecture program. It involves three-dimensional modelling of part of the archaeological site within the Îlot des Palais in Québec City. The reconstruction is based on old maps, archaeological excavation plans and recent interpretation of the site.

Information complémentaire

Archéologiques 13

Papier, PDF téléchargeable

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Archéologiques 13, 1999”