Blog

APPEL À COMMUNICATIONS POUR LE COLLOQUE 2018

 

Le 37e colloque annuel de l’Association des archéologuesdu Québec se déroulera en 2018 à Magog.

Fréquentée depuis des milliers d’années par les autochtones qui utilisent le réseau de lacs et rivières pour leurs déplacements, la région de l’Estrie se trouve en territoire Abénaki. Les abords du lac Memphrémagog sont colonisés après 1790 principalement par des américains qui y établissent leurs fermes et moulins. Magog se développe par la suite autour des industries profitant de l’énergie hydraulique ainsi qu’autour de la villégiature. Le patrimoine archéologique de la région, allant donc du préhistorique à l’industriel, offre une belle opportunité de discuter de toutes les archéologies que l’on pratique aujourd’hui au Québec, tout en abordant spécifiquement les enjeux de la région. Comme par les années passées, la porte sera ouverte à tous les publics, archéologues comme non-archéologues. Cela toujours dans la poursuite de faire de l’archéologie une discipline plus inclusive, interdisciplinaire ou socialement engagée.

Le colloque aura lieu du 26 au 29 avril 2018 et sera hébergé à l’Espace culturel de la Ville de Magog aménagé au sous-sol de l’ancienne église Ste-Marguerite. La paroisse Ste-Marguerite fût créée à la suite d’une vague d’immigration francophone répondant aux besoins de l’industrie du textile. Il s’agit donc d’un endroit tout désigné pour parler d’archéologie industrielle, de migration, de patrimoine religieux etc. De plus, le projet de la Maison Merry qui ouvrira bientôt ses portes sur un site qui fût occupé par des cultures autochtones depuis des milliers d’années, est un excellent prétexte pour parler d’archéologie préhistorique québécoise. Nous invitons les archéologues à venir partager leurs recherches et réflexions sur les archéologies historiques et préhistoriques, que ce soit sous la forme d’affiches ou de présentations, dans le cadre de sessions qui laisseront place aux échanges et aux discussions.

Les propositions de présentations, de sessions et d’affiches devront être envoyées au comité organisateur avant le 22 décembre 2017 par courriel (à l’adresse suivante: colloquecomitescientifique@archeologie.qc.ca) avec votre nom, votre affiliation, le titre de votre session/présentation/affiche, un court résumé d’environ 150 mots, ainsi qu’une liste préliminaire des participants (dans le cas de sessions ou d’ateliers). Nous encourageons la présence d’un discutant pour ouvrir l’échange. Des prix seront attribués cette année aux meilleures affiches et présentations.

N’hésitez pas à nous contacter pour toute question.

Le comité du programme scientifique

 

Version pdf : Appel à communication 2018

Le RÉQRÉA, c’est quoi ?

Genèse du projet

RéQREA est l’acronyme de Réseau Québécois de Ressources pour l’Étude des Archéomatériaux. C’est un projet collaboratif de mise en réseau et de partage des informations relatives à l’étude des biens culturels au Québec et/ou du Québec, à l’aide d’une plate-forme numérique en libre-accès et d’une liste de diffusion . Initié en 2013 par Laetitia Métreau, Adelphine Bonneau et Céline Dupont-Hébert, il est repris en 2017 par l’Association des Archéologues du Québec (AAQ) pour en assurer le développement pérenne.

D’où vient cette idée ? Du constat d’un manque de coordination et de structuration académique de l’archéométrie au Québec, en partie imputable à la dispersion géographique des chercheurs, isolés dans leurs milieux de travail respectifs malgré les liens qu’ils ont tissés à différentes échelles. En mettant à profit les possibilités qu’offrent les technologies de l’information et de la communication, l’idée originale souhaitait pallier certaines faiblesses organisationnelles inhérentes à ces entreprises « individuelles » et à leurs réseaux parallèles, tout en suscitant une réflexion sur les pratiques en usage et sur les axes de recherche développés au Québec.

À court, moyen et long termes, les objectifs visés sont :

  • de développer des partenariats et des collaborations régionales, nationales voire internationales, en s’associant à des réseaux déjà constitués, à l’exemple du réseau CAI-RN [1] ou du Conseil franco-québécois de coopération universitaire [2];
  • d’accroître la visibilité des acteurs qui forment cette communauté au Québec et celle des chercheurs qui s’intéressent à l’étude des matériaux du patrimoine culturel québécois hors du Québec ;
  • de favoriser le rayonnement des projets et de l’expertise québécois.

Puisqu’il s’agit d’un projet collaboratif, le but est de créer une dynamique de groupe où toute bonne volonté peut apporter sa pierre à l’édifice. Vous pouvez transmettre vos idées à l’adresse suivante : administrationweb@archeologie.qc.ca

Laetitia Métreau et Adelphine Bonneau

[1] Pour plus d’informations sur le réseau CAI-RN, cliquez ici (http://archeometrie.cnrs.fr/)

[2] Pour plus d’informations sur le CFQCU, cliquez ici (http://www.cfqcu.org/)

L’archéométrie au Québec : repères

Les principes à la base des sciences telles que la géologie, la paléontologie, la biologie, la chimie ou encore la physique et auxquelles recourt l’archéologie pour analyser et interpréter les artéfacts mis au jour lors de fouilles, remontent au moment où ces sciences émergent dès la Renaissance. Par exemple, comme l’indique Montaigne (13), les principes des cercles de croissance annuelle des arbres (dendrochronologie) font partie de la connaissance des tonneliers dès le XVIe siècle (15). Toutefois, le recours régulier de l’archéologie à d’autres disciplines pour comprendre les populations qui nous ont précédés et leurs modes de vie se situe aux alentours de la seconde guerre mondiale, avec la datation par le radiocarbone par exemple (11, 22). Selon Brothwell et Pollard (5), la première synthèse traitant de l’application de l’archéométrie à l’archéologie en langue française date de 1952: La Découverte du passé (10). Les ouvrages synthèses subséquents ont été publiés en anglais : deux éditions de Science in Archaeology (3, 4) et le Handbook of Archaeological Sciences (5). Moreau (15) rend compte du rythme de transformation de l’archéométrie, telle que mesurée par le contenu de ces ouvrages.

Qu’en est-il au Québec ? À partir des années 1970, il est possible de retracer des exemples d’archéométrie. Ainsi Plourde (20) rappelle que Benmouyal (2), dès 1974, recourt à l’analyse du phosphore pour déterminer les schèmes d’établissement paléoindiens (8000 à 12 000 AA). En 1976, Trigger et al. (23) propose une analyse élémentaire des pâtes de 650 tessons provenant de seize sites Iroquoiens du Saint-Laurent (1000 à 500 AA) afin de déterminer la variation interrégionale et intrasite des céramiques. Du début des années 1980 datent encore les travaux de caractérisation élémentaire de séries de tessons iroquoiens réalisés par Crépeau (7,8). Divers travaux de caractérisation d’objets de la période du contact (1500-1800) ont permis de préciser notamment la datation, les techniques de fabrication, la circulation de perles en verre et de chaudron en alliages cuivreux (16, 17, 19). Entre 1977 (date du contrat) et 1980 (date de la publication), Proulx (21) procède à la caractérisation physico-chimique des pâtes et des glaçures des céramiques de l’atelier Charles Belleau (seconde moitié du 19e siècle).

Depuis lors, l’archéométrie est devenue un outil incontournable en archéologie au Québec. Plourde (20) offre un regard synoptique au moins pour son application à l’archéologie amérindienne. Sans aucune volonté d’exhaustivité, les volumes collectifs suivants illustrent bien les développements récents en archéométrie au Québec : Chapdelaine et al. (6), Moreau (14), Fortin (9), Bain et al. (1), Moreau et al. (18), Loewen et al. (12).

Moreau (15) propose le schéma suivant de la contribution de l’archéométrie à l’archéologie : « l’application des sciences naturelles et fondamentales s’inscrit à toutes les étapes de la démarche archéologique, de la découverte et de la fouille d’un site archéologique à l’analyse et l’interprétation des objets et de leur contexte. Si toutes les sciences naturelles et fondamentales participent à la démarche archéologique, la géologie occupe, de façon non exclusive, une place prépondérante lors de la collecte des données, ne serait-ce que parce que la matrice des cultures passées est le sol. Par ailleurs, que les objets archéologiques ou leurs données contextuelles soient analysés à travers le prisme des approches typologiques classiques en archéologie ou au moyen des sciences naturelles et fondamentales, ils ne pourront être interprétés qu’à la lumière du processus intellectuel d’analogie, lequel permet de proposer une (re)construction des modes de vie du passé tout autant que leurs dynamismes, contribuant ainsi à la compréhension des phénomènes sociaux (voir figure 1) ».

En somme, l’archéométrie offre des outils nombreux et variés pour rendre compte des modes de vie des acteurs dont les comportements sont mis au jour par l’archéologie notamment circulation des biens et produits, les savoirs faire technologiques, la datation. Quant aux matériaux susceptibles d’être utilement analysés, ils sont nombreux : pierre, céramique, verre, métaux, sols, cette liste n’étant pas exhaustive.

Jean-François Moreau

Figure 1 : Contributions de l’archéométrie à l’archéologie (modifiée d’après le site internet : http://www.unifr.ch/geoscience/geology/en/research/archaeometry, visité le 31-03-2017)

*1-Bain A., Chabot J. et Moussette M. (dir), 2007, La Mesure du passé, recherche en archéométrie. Londres, Archaeopress.

*2-Benmouyal, J., 1987, Des Paleoindiens aux Iroquoiens en Gaspésie: six mille ans d’histoire. Québec, ministère des Affaires culturelles du Québec, Collection Dossiers n° 63.

*3-Brothwell D. et Higgs E. (dir), 1963, Science in Archaeology. A Comprehensive Survey of Progress and Research. New York : Basic Books / Thames and Hudson.

*4- Brothwell D. et Higgs E. [1969], 1971, Science in Archaeology. A Survey of Progress and Research. Revised and Enlarged Edition. s.l. : Thames and Hudson.

*5-Brothwell D et Pollard M. (dir), 2001, Handbook of Archaeological Sciences. New York, John Wiley & Sons.

*6-Chapdelaine C., N. Clermont et R. Marquis (dir.), 1995, Étude du réseau d’interactions des Iroquoiens préhistoriques du Québec méridional par les analyses physico-chimiques. Montréal, Recherches amérindiennes au Québec, Coll. Paléo-Québec n° 24.

*7-Crépeau R., 1982, « La céramique du Québec septentrional : algonquienne ou iroquoienne? ». Recherches amérindiennes au Québec 12 (3): 217-223.

*8- Crépeau R., 1983, La céramique du Québec septentrional : algonquienne ou iroquoienne ? Mémoire de maîtrise, département d’anthropologie, Université de Montréal.

*9-Fortin M. (dir), 2001, Journées d’étude du Groupe de recherches en archéométrie du CELAT (1997-1999). Québec, Université Laval, CELAT, Cahiers d’archéologie du CELAT n° 10, Série archéométrie n° 1.

*10-Laming A. (dir.), 1952, La Découverte du passé. Progrès récents et techniques nouvelles en préhistoire et en archéologie. Paris, Éditions A. et J. Picard

*11-Libby W.F.,1952, Radiocarbon dating. Chicago, University of Chicago Press.

*12-Loewen B., C. Chapdelaine et A. Burke (dir.), 2010, De l’archéologie analytique à l’Archéologie sociale. Montréal, Recherches amérindiennes au Québec, Coll. Paléo-Québec n° 34.

*13-Montaigne M. (de), 1774, Journal du voyage de Michel de Montaigne en Italie par la Suisse et l’Allemagne en 1580 & 1581, humanities.uchicago.edu/orgs/montaigne/h/lib/JV1.P DF : p. 138 (version en langue française moderne : Journal de voyage. Paris : Gallimard, 1983, coll. Folio, p.318-319).

*14-Moreau, J.-F. (dir.),1999, L’Archéologie sous la loupe. Contributions à l’archéométrie. Montréal, Recherches amérindiennes au Québec, coll. Paléo-Québec n° 29.

*15- Moreau, J.-F., 2007, « Archéométrie : perspectives et prospectives », dans A.Bain, J. Chabot et M. Moussette (dir.), La Mesure du passé, recherche en archéométrie. Londres, Archaeopress, p.47-59.

*16- Moreau, J.-F., 2014, «Au temps de la traite des fourrures : les perles du “ contact ” » dans Maltais D. et S. Tremblay (dir.), Enjeux théoriques et pratiques du développement régional : 30 ans de recherche au GRIR. Chicoutimi, Université du Québec à Chicoutimi, Groupe de recherche en interventions régionales, p. 51 à 70.

*17- Moreau, J.-F., n.d., « Le chaudron en alliage de cuivre : échanges d’un nouveau type entre l’Europe et le Nord-est de l’Amérique du Nord » dans Pernot, M. (dir.), Quatre mille ans d’histoire de cuivre – Fragments d’une suite de rebonds. Pessac : Presses Universitaires de Bordeaux (sous presse).

*18- Moreau, J.-F., R. Auger, J. Chabot et A. Herzog (dir.), 2009, Proceedings/Actes 36th International Symposium of Archaeometry/36e Symposium International d’Archéométrie, May 2nd – 6th, 2006 Quebec City, Canada, Québec, Université Laval, CELAT, Série archéologique, n° 24 coll. Archéométrie n° 7.

*19- Moreau, J.-F. et R.G.V. Hancock, 1999, « Faces of European copper alloy cauldrons from Québec and Ontario «contact» sites ». Dans Young, S.., Pollard, A. Mark, Budd, Paul et Ixer, Robert A. (dir.), Metals in Antiquity. Oxford, Archaeopress, BAR International series n° 792, p. 326-340.

*20-Plourde M., 2009, Étude synthèse sur les sites archéologiques caractéristiques de l’Occupation amérindienne du territoire et sur la contribution scientifique de l’archéométrie, Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, Rapport final.

*21-Proulx A., 1980, L’atelier céramique Charles Belleau, La Baie (Chicoutimi), 1855-1889, Québec Ministères des affaires culturelles, Dossier n° 47.

*22-Taylor R. E., 1987, Radiocarbon dating. An archaeological perspective, Toronto, Academic Press.

*23-Trigger B. G., L. Yaffe, M. Diksic, J.-L. Galinier, H. Marshall et J. F. Pendergast, 1980, « Trace-Element Analysis of Iroquoian Pottery », Canadian Journal of Archaeology, 4 : 119-145.

Places disponibles pour le banquet !

Merci à tous!
L’intérêt porté au colloque durant la période de préinscription est remarquable, près de 200 inscriptions ont été complétées! Bien que la préinscription soit terminée, il est toujours possible de vous inscrire sur le site web. Les prix ont toutefois augmentés de 50%. Faites vite, certaines journées sont déjà presque complètes!

Banquet 
Quelques places sont encore disponibles pour assister au banquet!

Le banquet du colloque de l’AAQ se déroulera au Brasseur de Montréal dans un cadre industriel, à l’ambiance chic et décontractée. Ce resto-bar offre une belle carte de bières artisanales et un menu créatif et réconfortant. Il est situé à l’intérieur de l’ancienne Gare Viger, immeuble patrimonial, dans une salle exceptionnelle au décor chaleureux. Présence d’un groupe de musique dès 21h30.

Cette soirée se déroulera le samedi 29 avril 2017 dès 18h30, au coût de 40$ (taxes et service inclus). Pour vous inscrire, utilisez le formulaire d’inscription du colloque. Notez qu’il est facile de modifier votre inscription pour ajouter une participation au banquet. Vous n’avez qu’à sélectionner l’option «je suis déjà inscrit mais je souhaite ajouter une activité».

Les conjoints et enfants sont aussi invités, et peuvent s’inscrire sur le site web.

Hébergement

Nous tenons à vous rappeler que les chambres à tarif préférentiel réservées pour le colloque dans les différents hôtels participants se libéreront le 27 mars. Il est donc important d’effectuer rapidement votre réservation afin d’obtenir une place au tarif préférentiel. N’oubliez pas de mentionner le colloque de l’AAQ au moment de la réservation pour obtenir le tarif préférentiel.

Pour l’Auberge alternative :
Réservation par téléphone uniquement : 1-514-282-8069 (mentionnez le colloque de l’AAQ pour pour avoir le tarif préférentiel.)

Site Internet : http://www.auberge-alternative.qc.ca/ (N’utilisez pas le site web pour réserver)

Coût approximatif : $20,00 à $23,50 par nuit (plus taxes)
Pour l’Hôtel St-Denis : 
Réservation : par téléphone 1-800-363-3364 ou 514-849-4526 (mentionnez le colloque) ou par courriel catherine@hotel-st-denis.com

Site Internet : http://www.hotel-st-denis.com (N’utilisez pas le site web pour réserver)

Coût approximatif : $95,00 à $115,00 par nuit (plus taxes)

Pour l’Hôtel Intercontinental: 
Réservation : https://aws.passkey.com/go/ColloqueAAQ (Utilisez ce lien pour réserver ou par téléphone)

Site Internet : http://montreal.intercontinental.com

Téléphone : 1-800-361-3600, 514-987-9900 (Il faut mentionner le colloque de l’AAQ lors de la réservation.)

Coût approximatif : $229 par nuit, occupation simple ou double (plus taxes)

 

Pour ne rien manquer, abonnez-vous au blogue de l’AAQ (dans le menu de droite de la page d’accueil), et participez à l’événement Facebook

Le 36e colloque annuel de l’AAQ, c’est 15 sessions, 4 salles, 3 invités spéciaux et une foule d’activités!  Événement à ne pas manquer! 

-Ariane Pépin, au nom du comité organisateur du colloque de l’AAQ 2017

*PROLONGATION DE LA PÉRIODE DE PRÉINSCRIPTION*

La période de préinscription va bon train avec plus de 100 inscriptions confirmées!

Toutefois, en raison de problèmes techniques du serveur web hors de notre contrôle, l’accès au site web de l’AAQ a été restreint selon le fournisseur internet utilisé. Ainsi, certaines personnes n’ont pas eu accès au site web de l’AAQ au cours des derniers jours.

Nous avons donc pris la décision de prolonger la préinscription jusqu’au dimanche 19 mars 2017, afin de permettre à ceux ayant vu leur accès refusé de s’inscrire dans les temps.

N’oubliez pas, après cette date les prix d’inscription augmentent de 50 %, alors faites vite!

 

Précolloque

Nous en profitons pour vous annoncer la confirmation d’une 4ème conférence dans le cadre des activités du précolloque, jeudi le 27 avril en après-midi.

Le ministère de la Culture et des Communications (MCC) donnera un atelier concernant les outils au service des archéologues. Il y sera notamment question de guides et de formulaires actualisés, d’astuces dans l’utilisation de systèmes d’information géographique et de la nouvelle bibliothèque numérique en archéologie.

Cette présentation sera donnée par la Directrice de l’archéologie Isabelle Lemieux et l’archéologue Stéphanie Simard.

 

-Ariane Pépin, au nom du comité organisateur du colloque de l’AAQ 2017

Des conférenciers invités pour le précolloque !

Bonjour à tous,

Le comité organisateur du colloque de l’AAQ 2017 a travaillé d’arrache-pied pour vous concocter une programmation unique!

Il est fier de vous annoncer la présence de conférenciers invités dans le cadre du précolloque, qui se tiendra le Jeudi 27 avril en après-midi. À noter que l’horaire exact sera présenté ultérieurement, puisque d’autres conférenciers devraient s’ajouter à la programmation.

À l’horaire :

Serge Bouchard, anthropologue, auteur et animateur de renom.
Monsieur Bouchard s’exprimera sur la multitude des peuples qui ont fait l’histoire du Québec, les rencontres et les échanges entre eux, ainsi que la place de l’histoire et de l’archéologie dans notre société d’aujourd’hui. Durée 1h, ouverte au public.


 

Marie-Claude André-Grégoireavocate en droit autochtone d’origine innue.
Cette conférence aura pour objet les fouilles archéologiques dans un territoire faisant l’objet de revendication territoriale autochtone. Durée 1h.

 

Marie-Jacinthe Roberge, directrice générale d’Arché0-Québec. 

La conférence de Mme Roberge touchera la gestion de l’archéologie en milieu municipal. Elle vise à offrir des outils de partage et de collaboration entre les milieux municipaux et les intervenants archéologiques. Durée 1h.

 

Le ministère de la Culture et des Communications (MCC) donnera un atelier concernant les outils au service des archéologues. Il y sera notamment question de guides et de formulaires actualisés, d’astuces dans l’utilisation de systèmes d’information géographique et de la nouvelle bibliothèque numérique en archéologie.

Cette présentation sera donnée par la Directrice de l’archéologie Isabelle Lemieux et l’archéologue Stéphanie Simard.

 

Pour ne rien manquer, abonnez-vous au blogue de l’AAQ (dans le menu de droite de la page d’accueil), et participez à l’événement Facebook

Le 36e colloque annuel de l’AAQ, c’est 15 sessions, 4 salles, des invités spéciaux et une foule d’activités!  Événement à ne pas manquer! 

-Ariane Pépin, au nom du comité organisateur du colloque de l’AAQ 2017

Le Colloque 2017 de l’AAQ arrive à grands pas !

Il nous fait plaisir d’annoncer que la période de préinscription pour le colloque 2017 est présentement ouverte !

Pour vous inscrire, rendez-vous dans l’onglet “Colloque” du site web de l’AAQ et remplissez le formulaire d’inscription.

Dans ce formulaire, on vous demande aussi de préciser les activités auxquelles vous prévoyez assister (Banquet, Cocktail, 5 à 7, à la bonne franquette), de même que les journées où vous prévoyez être présent (jeudi au dimanche). Si vous n’êtes pas encore certain, il vous sera possible de modifier votre inscription plus tard.

À noter que le prix d’inscription au colloque pour un étudiant non membre est plus élevé que celui d’un membre étudiant EN PLUS de l’abonnement à l’AAQ! Pourquoi ne pas devenir membre? L’adhésion est simple, vous n’avez qu’à envoyer votre formulaire au secrétariat de l’AAQ.

La période de préinscription se termine le 15 mars, après cette date les prix d’inscription augmentent de 50%, alors faites vite!

De plus, n’oubliez pas de réserver votre chambre d’hôtel dans les plus brefs délais puisque les chambres sont limitées (surtout à l’Auberge Alternative). Vous trouverez toutes les informations concernant l’hébergement sur la page “Info pratiques” du site web.

Pour ne rien manquer, abonnez-vous au blogue de l’AAQ et participez à l’événement Facebook.

Le 36e colloque annuel de l’AAQ, c’est 16 sessions, 4 salles, 2 invités spéciaux et une foule d’activités!  Événement à ne pas manquer! 

-Ariane Pépin, au nom du comité organisateur du colloque de l’AAQ 2017